mardi 1 septembre 2009

La Chine sera-t-elle bientôt le premier marché des liseuses électroniques ?

C'est en tout cas ce que pronostique le magazine Forbes.

Lire l'article : Let A Thousand E-Books Bloom

J'en profite pour remercier Aldus pour ses liens intéressants vers le dossier de Sciences & Vie et l'émission de France Inter dans son billet La lecture numérique et nos cerveaux (Sais pas pourquoi, cher ami, mais il me fut impossible de laisser directement un commentaire sur votre blog !)

dimanche 30 août 2009

Le Cybook Gen3 en vacances

Un livrel, c'est idéal pour partir en vacances : pas la peine de se casser la tête pour emporter strictement le nombre de livres nécessaires (ça plombe sacrément les valises) , et évaluer ce qu'on aura vraiment envie de lire une fois sur place. Une ou deux SD cards suffisent pour emporter une bibliothèque complète, certes essentiellement limitée à la littérature libre de droits, mais il y a de quoi faire, et les vacances, c'est justement le bon moment pour réviser ses classiques, non ?

Quelques jours avant le départ, j'ai donc constitué mes provisions :

  • la SD card "100 chefs d'oeuvres offerts" proposée par Pixmania avec l'achat du Cybook (c'était à l'époque quelques euros de plus que le livrel seul, ça semble ne même plus être le cas aujourd'hui), qui permet de démarrer sans se poser de question avec une première bibliothèque ;
  • quelques classiques complémentaires que je souhaitais lire pour différentes raisons, en français et en anglais ;
  • et... un livre qui va paraître à la rentrée, dont on m'a adressé l'épreuve quasi définitive en format Word quelques jours avant mon départ.
Pour ce dernier, j'ai téléchargé le logiciel gratuit "Mobipocket creator", qui m'a permis de transformer le document Word en eBook Mobipocket, et donc de le lire tout à fait confortablement sur mon Cybook. Les fonctionnalités de base du logiciel sont très simples, et on peut faire cette opération en quelques clics. En revanche, je n'ai pas su générer une table des matières interactive, pas plus que des liens actifs vers les notes, renvoyées en fin d'ouvrage, et qu'on aimerait pouvoir lire au fil de la lecture. A approfondir donc...

Quant au Mobipocket Reader, il permet de lire directement ce format sur son PC sous Windows, et de synchroniser les contenus Mobipocket entre son PC et son livrel, y compris des flux RSS, ce qui m'a permis de lire quelques papiers du Monde Diplomatique que je m'étais mis de côté (ceci dit, Feedbook propose aussi cette fonctionnalité sans télécharger aucun logiciel).

A propos des formats de livres
In fine, Mobipocket est vraiment le format le plus confortable pour lire ses eBooks sur le Cybook Gen3. Le seul inconvénient à mon avis, c'est qu'on n'a aucune information sur la pagination du livre. On voit seulement quel pourcentage de l'ouvrage on a lu dans la barre d'avancement, mais on a du mal à évaluer, seulement avec le poids en Ko, quelle est la volumétrie de l'ouvrage. Question d'habitude sans doute, et peut-être bientôt, on ne dira plus "j'ai lu un bouquin de 600 pages en deux jours tellement il était passionnant", mais "je me suis descendu 600 Ko dans la journée".

Les PDF permettent de voir la pagination. Mais s'ils ne sont pas spécifiquement générés pour un livrel, la plupart du temps la police est trop petite, et n'est lisible qu'en pleine lumière et avec de bons yeux.
Par ailleurs, je n'ai pas compris pourquoi, un PDF généré via le site FeedBooks a mal fonctionné : le livrel ne conservait pas en mémoire la dernière page lue, et il me fallait donc à chaque reprise de ma lecture me souvenir du numéro de page et utiliser la fonction "atteindre". Peut-être un bug au moment de la génération du fichier ? Mais c'est la seule fois que j'ai eu ce souci. J'ai lu une bonne dizaine de documents différents sur mon Cybook pendant les vacances, dont 5 "vrais" bouquins, et le reste a plutôt bien fonctionné.

Fonctionnement de l'appareil
Par contre, sur la plage, il a boudé. Ce n'était sans doute pas le sable : les plages de Scalea sont de galets, et je ne l'ai jamais laissé traîner sans protection. Trop chaud ? pas exclu, il faisait autour de 38° à l'ombre en Calabre, et sans doute un peu plus sous un simple parasol, et il a donc planté plusieurs fois, ce qui est assez irritant, quand vous ne pouvez pas lire la suite du chapitre passionnant dans lequel vous étiez plongé. Le remède est simple : il suffit d'un reset. Mais encore faut-il avoir sur soi un objet adéquat, pointe de stylo par exemple, ce qui n'est pas forcément évident sur la plage. Du coup, j'ai accroché un bon vieux trombone à mon cordon, afin de parer à cette éventualité.

Autre désagrément : lorsqu'on a beaucoup d'ouvrages en stock sur la mémoire du Cybook, ou pire, sur une SD Card, la bibliothèque se met à ramer, ce qui est très désagréable lorsqu'on fouille ses rayonnages pour choisir sa prochaine lecture. D'autant plus casse-pieds qu'on ne dispose ni d'une fonction "atteindre" pour accéder directement à une page spécifique comme dans les livres, ni de dossiers de classement personnels. Mais cet inconvénient devrait disparaître avec une nouvelle version du logiciel, annoncée sur le blog de Bookeen, qui va également activer le bouton de suppression de contenu directement via le livrel, qui actuellement ne fonctionne pas, mais sera néanmoins pratique pour supprimer immédiatement les contenus "jetables" une fois qu'ils sont lus. Cette nouvelle version de l'application semble répondre à toutes les remarques et questions que j'avais adressées par mail à Bookeen avant de partir en congé : c'est sans doute pour cette raison qu'ils n'ont pas répondu à mon mail... ce que je trouve malgré tout un peu cavalier. Bref...

Le dernier avatar est entièrement de ma faute : je n'ai pas pu accéder à mes ouvrages en anglais, car, pure étourderie de ma part, je ne les ai pas glissés dans le bon répertoire de la SD card (il y a 3 répertoires spécifiques pour classer respectivement les livres, les images et la musique), et le lecteur ne les voyait pas. Je me suis donc rabattue sur mes podcasts pour entretenir mon anglais !

Côté batterie, sur la première charge, elle se vide très rapidement dès qu'on est passé en dessous de 50% de taux de charge. Il est donc utile de se munir d'un chargeur utilisable directement sur une prise électrique, celui vendu par Bookeen, ou un chargeur compatible avec une fiche USB. Personnellement, j'ai utilisé celui de mon lecteur MP3, qui emploie en outre le même câble USB et les mêmes SD cards : je peux donc fonctionner avec mêmes accessoires pour tous mes appareils, c'est très pratique en déplacement. Et, comme pour tous les appareils à batteries rechargeables, pour les maintenir en forme, il faut absolument les vider entièrement puis les recharger entièrement de manière régulière, (au moins une fois par mois). C'est aussi pourquoi j'apprécie de pouvoir mettre à jour ma bibliothèque directement sur une SD card insérée dans mon PC : quand on connecte le CyBook sur le port USB de son PC, la batterie se recharge en même temps, ce qui peut donc favoriser le fameux "effet mémoire" (si, régulièrement, vous déchargez / rechargez incomplètement votre batterie, sa capacité de charge finira pas se réduire. Par exemple, si vous déchargez toujours votre batterie jusqu'à 20% de taux de charge, et la rechargez jusqu'à 80% de taux de charge, à moyen terme, la capacité totale de votre batterie diminuera de 40%).

Sur les contenus
Après avoir navigué sur différents sites, et surtout cherché des ouvrages que je souhaitais lire (pas mal de classiques, vous pourrez le voir prochainement dans mes compte-rendus de lecture sur "Aimez-vous lire ?"), je reviens in fine toujours sur les mêmes sites :
  • en premier choix : eBooks libres & gratuits, dont la bibliothèque est bien fournie, les éditions assez propres (ce n'est pas le cas partout, et il y a par exemple beaucoup de coquilles dans les versions françaises proposées sur Project Gutenberg), et qui proposent la plupart du temps le format Mobipocket, ou une source texte qu'on peut convertir aisément. Comme ce sont des bénévoles, et qu'il faut bien payer a minima la bande passante des serveurs de diffusion, j'ai fait un don à mon retour de vacances, et je recommencerai régulièrement, car j'espère bien que ce type d'initiative pourra perdurer, c'est véritablement formidable pour les possesseurs de livrels.
  • si je ne trouve pas ce que je cherche, pour les livres en français, je vais ensuite sur Livres pour tous, qui compile beaucoup de sources. C'est par exemple là que j'ai pu trouver une édition de "Malaise dans la civilistion" de Freud, dans une édition préparée par une enseignante québécoise à la retraite. Il semble qu'on ne puisse plus trouver ce titre ailleurs, et l'édition électronique remplit donc la un double service.
  • Feedbooks reste très attrayant, notamment pour son idée intéressante de création de pdf à la volée dans le format qu'on veut, et pour la possibilité d'y récupérer des flux RSS lisibles sur un livrel, et des textes contemporains offerts par leurs auteurs. On peut également y proposer ses propres publications.
Toutes ces initiatives me semblent toujours intéressantes et à suivre, car on le voit bien, l'édition électronique et les livrels sont encore dans leur premier âge, et tout cela va forcément évoluer de manière sensible dans les prochains mois et les prochaines années.

Cela n'empêche que, moyennant un petit temps d'apprentissage et de consolidation de ses propres usages, on dispose déjà d'un très bon confort d'utilisation. Personnellement, je ne regrette vraiment pas mon acquisition, même si Bookeen vient de sortir un nouveau terminal, le CyBook Opus. Je viens de le découvrir en allant vérifier quelques infos techniques sur leur site. Je vous expliquerai pourquoi je préfère mon Gen3 à ce nouveau livrel, au design tout à fait séduisant, dans un prochain billet : j'ai déjà été trop bavarde !

jeudi 9 juillet 2009

Cybook Gen3 : premier mois

Je n'ai pas autant le temps de lire que je le voudrais, du moins pour mes loisirs. Et à vrai dire, tant de choses m'intéressent dans la vie que je ne trouve jamais assez de place pour chacune.
Mais je sens que le CyBook va me donner à la fois l'envie de consacrer plus de temps à la lecture, et aussi plus d'occasions pour le faire.

J'ai acheté cet objet d'abord parce que c'est un objet nomade, et que je suis nomade... comme beaucoup d'entre-nous actuellement d'ailleurs. Et sur ce plan, je ne suis pas déçue. CyBook est beaucoup plus facile à emporter partout qu'un livre. Plus mince que n'importe quel livre de poche, et sans doute aussi plus léger, du moins à l'appréciation de la main- je n'ai pas comparé avec une balance - je peux le garder dans mon sac tout le temps, même dans les moments où je prends la bonne résolution d'utiliser un sac plus petit. Je l'ai donc toujours sous la main pour exploiter un temps mort imprévu. Dans les transports en commun, il est plus facile à utiliser qu'un livre : une seule main suffit, il prend la place d'une seule page, et grâce au cordon dont je l'ai doté, en utilisant l'encoche d'accrochage dont il est muni, exactement comme un téléphone mobile, je peux le laisser pendre autour de mon cou quelques minutes, si j'ai besoin de mes deux mains pour monter dans un bus ou un wagon avec un bagage par exemple. Mais sa légèreté permet aussi de lire très confortablement dans son lit : on peut même rester à plat dos et le tenir au dessus de sa tête sans se fatiguer les bras. Je deviens vieille, et j'aime de plus en plus mon confort ;-) Pour revenir aux déplacements, bien sûr, l'intérêt de sa capacité de stockage est qu'on n'est pas obligé de choisir ses lectures avant le départ en voyage : on emporte avec soi toute une bibliothèque, et on choisit sa lecture une fois en voyage, en fonction de l'humeur du moment.
Donc oui, trois fois oui, en tant qu'objet nomade, il tient vraiment toutes ses promesses.

Sur le plan de l'ergonomie, je l'ai déjà dit, il est facile à prendre en main. Par contre, pour organiser sa bibliothèque, et bénéficier du meilleur confort de lecture possible, il faut s'organiser un minimum.

Tout d'abord, pas d'arborescence dans le gestionnaire de bibliothèque. Même si en préparant sa SD card on crée des sous-répertoires par auteurs ou par thèmes, tout sera présenté "à plat" dans le répertoire de livres du CyBook, mémoire interne du livrel et SD card confondues. Deux conséquences :

  • Il peut être judicieux d'utiliser plusieurs cartes pour segmenter sa bibliothèque. J'envisage de le faire par genres littéraires, mais je me laisse le temps d'identifier ce qui sera le plus pertinent pour mes usages : même si c'est un peu long de feuilleter toute la bibliothèque, on ne le fait pas à chaque fois qu'on allume le livrel, seulement quand on se choisit un nouveau livre. Par défaut, la bibliothèque s'ouvre avec le curseur positionné sur le dernier ouvrage consulté.
  • Il faut nommer ses fichiers en fonction du mode de classement qu'on souhaite adopter. J'ai choisi de mettre toujours en premier le nom de l'auteur, puis le titre du livre, sous la forme Balzac_La Maison Nucingen, parce que j'aime bien classer mes bouquins par auteurs. Bon, retour aux vieilles méthodes qu'on utilisait à l'époque des PC sous DOS... les moins de 20 ans ne savent même pas de quoi je parle ;-), à ceci près qu'on dispose de beaucoup plus de caractères pour nommer ses fichiers, ce qui est nettement plus confortable.
Ensuite, il faut identifier les formats de documents les plus appropriés au lecteur. Mon début de bibliothèque est constitué d'un fatras de documents, ceux proposés avec le lecteur, des livres que j'avais téléchargés pour les lire sur PC (ce que je n'ai finalement jamais fait, c'est quand même plus chouette de se caler dans un bon fauteuil pour lire un livre), ou encore pour mes tests sur l'Iliad, dont l'écran est plus grand. Il va falloir que je fasse un grand nettoyage pour ne conserver que ce qui est vraiment agréable à lire.
  • Le format texte (.txt), s'il est le plus simple et universel, n'est pas forcément agréable à lire, car les coupe de lignes ne sont pas forcément adaptées à la taille de l'écran dans la police qui vous convient pour lire. En outre, pour les documents provenant de Project Gütenberg par exemple, il convient de vérifier si la version du texte comporte bien les caractères accentués. Par contre, le format txt permet d'utiliser la fonction "définition" en appelant le ou les dictionnaires chargés sur le CyBook (il faut les acheter, mais on en trouve à partir de 15/20 euros, ce qui peut tout à fait suffire pour fluidifier la lecture de livres en langue étrangère par exemple)
  • Le pdf doit être formaté spécialement pour être lu sur un livrel, sinon les caractères risquent d'être trop petits, et ils ne sont pas reformatables via le Cybook, puisque ce sont des fichiers image. On peut utiliser le format paysage pour y pallier, mais cela me satisfait moins. Cependant, Feedbooks par exemple, construit les pdf à la volée en vous permettant de choisir votre format (il y a un modèle préformaté pour le Cybook, mais on peut le personnaliser, en choisissant par exemple la taille des marges, et la police de caractères. C'est une excellente idée, et je suppose que de plus en plus de sites proposeront ce type de fonctionnalité.
  • Le format Mobipocket permet lui de reformater sa présentation directement depuis le CyBook, et d'utiliser les définitions. C'est donc a priori le plus intéressant, mais je ne l'ai pas encore beaucoup utilisé, je vous en reparlerai donc après expérimentation plus complète.
Voici donc mes premières observations d'usage "en vraie grandeur". Je vois qu'il me reste encore quelques astuces à découvrir pour exploiter au mieux les capacités de l'engin... et à définir comment je veux organiser ma bibliothèque numérique. Mais je suis de plus en plus convaincue que j'ai fait un bon choix.

mardi 9 juin 2009

Le retour...

Bon, ce blog, longtemps délaissé (mais sa vocation était de rendre compte de mes tests de l'Iliad) va sans doute reprendre un peu de service : je viens de me faire offrir... un CyBook, qui finalement avait fini par emporter ma préférence après mes investigations sur le sujet.

Entendons-nous, mon choix final personnel n'est pas un dénigrement de l'Iliad, dont mon élément préféré était sans doute la barre latérale pour tourner les pages, et qui globalement est un beau produit. Si j'ai choisi le CyBook, c'est pour quatre raisons essentielles :

  • il est particulièrement petit et léger, et il trouvera sa place dans mon sac de dame sans aucune difficulté
  • il est nettement moins cher que l'Iliad, et quand on choisit avec ses finances personnelles...
  • il est de conception française, et j'avais envie de saluer l'innovation nationale
  • il permet d'écouter de la musique... et j'adore lire en écoutant de la musique.
Je viens de recevoir mon colis, et après le délai réglementaire de chargement de la batterie, je fais mes premières manipulations. Première impression à chaud : je suis très contente de mon choix. Bonne qualité d'écran, ergonomie facile à prendre en main (la lecture de la notice est quasiment inutile), et le temps de rafraichissement des pages est ma foi beaucoup plus bref que je ne le craignais à la lecture de certains tests.

Je vais maintenant aller me chercher un ou deux bouquins que j'avais l'intention de lire sur eBook, et nous en reparlerons sur un usage "en vraie grandeur", ce qui est toujours différent d'un simple test. Les objets technologiques demandent à être apprivoisés, et c'est en vivant avec qu'on peut vraiment en estimer la valeur d'usage...