jeudi 10 janvier 2008

Readers : un peu de vocabulaire...

Alors que "Le Forum Livres Hebdo sur les « readers » électroniques fait salle comble" et que Bruno Rives nous livre quelques chiffres lâchés à cette occasion, je vous propose pour ma part de jouer avec les lettres. En effet, si tous les marchés sont toujours friands de chiffres, pour prédire ou valider le succès, tout marketeur sait que le nom du produit est un des éléments clefs qui permet de construire ledit succès.

Au fil de mes lectures sur le sujet, je constate que le vocabulaire utilisé pour nommer les "readers" électroniques s'enrichit de jour en jour... mais ne gagne pas forcément en précision pour autant. La terminologie change en fonction du locuteur, et certains mots sont polysémiques. "ePaper" par exemple, est à la fois utilisé pour désigner la technologie d'affichage et les terminaux permettant de lire les livres électroniques.

Ce foisonnement erratique de mots reflète sans doute la préoccupation de l'ensemble de la filière "livre" autour de ce nouvel objet, le sentiment d'urgence et la perplexité qu'il déclenche.

Mais restons concret : pour avancer dans cette réflexion sur le nommage, et peut-être générer d'ici quelques temps un consensus sur une courte série de mots permettant une désignation sans ambiguïté de l'objet, je vais commencer par lister le vocabulaire que j'ai pu relever au fil de mes lectures.

Commençons par les anglicismes et eMachins qui font toujours florès autour des terminaux électroniques :

  • reader
  • eReader
  • ePaper
  • eInk
  • eBook
Passons au bon vieux français, en commençant par la simple féminisation du "reader"
  • liseuse
Voyons ensuite les mots composés, qui soulignent l'absence de vocabulaire spécifique :
  • livre électronique
  • livre numérique
  • tablette de lecture
  • baladeur de textes
  • Codex numérique
Et pour finir, une construction spécifique pour désigner l'objet :
  • livrel
J'en oublie certainement, et j'espère que vous aurez la bonté de compléter ma liste.

Et plutôt que de vous asséner mes réflexions et inclinations personnelles, je trouve plus intéressant de vous interroger : lesquels préférez-vous et pourquoi ? Auriez vous envie d'en inventer d'autres et lesquels ?

Le débat est ouvert, j'espère que vous l'alimenterez de vos commentaires, je serais ravie de poursuivre cette réflexion avec vous.

4 commentaires:

Martouf a dit…

Tous les jours, je profite du temps passé dans les transports publiques pour lire un peu sur mon iLiad. Fréquemment je sens des regards par dessus mon épaules... l'objet intrigue... et parfois je me trouve en face d'un voisin courageux qui pose la question...

Excusez moi.... c'est quoi ce truc ????
Là.. je répond... c'est un livre !
C'est pas plus bête que ça ! Ensuite, je précise, c'est du papier électronique. En effet, l'iLiad permet tout ce que le papier permet. Il permet de lire, mais aussi d'écrire ou de dessiner, de prendre des notes.

L'explication du papier électronique est importante, car c'est là la vrai révolution. La plupart des gens remarque que l'iLiad n'est pas une bête électronique comme les autres, car il a un écran qui n'émet pas de lumière !

Et enfin, le vocable qui me plaît le plus pour désigner la bête, c'est le livrel.

Dans l'utilisation que je fais de mon iLiad (je l'appelle aussi souvent ainsi.. logique !) je l'utilise plus comme livre que comme bloc note. Vu que livre électronique c'est trop long, livrel c'est très bien. Ce nom sonne un peu comme le fameux: courriel.

Bon.. je retourne à ma lecture sur livrel... :D

Martouf a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Virginie a dit…

Le livrel est la contraction de "livre électronique". Un eReader n'est pas un livre électronique, il est un "lecteur de livres électronique". C'est pourquoi le terme de "liseuse" me semble très adapté :
1 ) un mot féminin, ouf, dans ce monde techno hyper masculin, c'est bien.

2) un mot français, pourquoi pas ?

3) il a déjà un sens,mais quasi tombé en désuétude, et déjà en relation avec les livres.(il s'agit d'une couverture de livre amovible, souvent fabriquée de façon artisanale, surfez un peu sur le web avec ce mot et vous en trouverez des modèles...)

4) il traduit "reader" exactement, mais le féminin le distingue de tous les autres "lecteurs" (lecteurs de disques, de cartes, de cd-rom etc.) et il est donc sans ambiguïté.

5) Irène Delse l'a adopté, ainsi qu'Alain Pierrot et François Bon (googlisez les si le coeur vous en dit...)

Guillot a dit…

Bonjour,

Je souhaiterais vous faire part de l'initiative www.babelpocket.fr , montée par un collectif d'auteurs dans le cadre du développement d'e-books. Pour plus d'informations, veuillez consulter mon blog : http://stores.lulu.com/emmanuelguillot

Cordialement,

Emmanuel